5ème Journée d'Étude sur la Marmotte Alpine, Ramousse R. & Le Berre M. eds. : .
ISBN : 2-9509900-4-5



Les marmottes de la vallée de Chaudefour (Chambon-sur-Lac, Puy-de-Dôme, France)


Éric Sauget
BTS Gestion et Protection de la Nature, Lycée Olivier de Serres d'Aubenas (07)

Résumé :
Observées à partir de 1994, les marmottes de la Réserve naturelle de la vallée de Chaudefour n'avaient fait l’objet jusqu'à présent d'aucune étude systématique. En 1998 a été réalisé un "état des lieux" et les principaux groupes familiaux localisés. L’intérêt des visiteurs de la Réserve pour la marmotte a été apprécié grâce à une enquête. Des propositions de gestion des marmottes de la Réserve sont avancées. Mots clés : Marmota marmota, Auvergne, massif du Sancy, Réserve naturelle de la vallée de Chaudefour, introduction.

Abstract: Alpine marmots of the Chaudefour Valley (Chambon-sur-Lac, Puy-de-Dôme, France).
Reintroduced Alpine marmots were observed in 1994 for the first time in the nature Reserve of the Chaudefour Valley A first survey of this marmot population was realized in 1998 and the family groups were located. Visitor interest about marmots was appreciated through a questionnaire. Some management proposals of the marmots of the Reserve were defined. Key Words: M. marmota, introduction, nature reserve, Chaudefour Valley, Sancy Massif, Auvergne, France.

 

Introduction

Des introductions de marmottes alpines ont été réalisées dans tous les massifs montagneux en France (Ramousse & Le Berre 1992, 1993 ; Ramousse et al. 1992, 1993), mais peu de suivis de ces opérations ont été réalisés (Bonnet-Arnaud et al. 1996 ; Giboulet et al. 1997 ; Métral , Ramousse et al. 1992, 1994). En particulier, aucune étude n'avait été conduite jusqu'à présent sur les marmottes de la Vallée de Chaudefour. Aussi m'a-t-il été proposé d'entreprendre une réflexion à ce sujet, dans le cadre d'un stage de BTS Gestion et Protection de la Nature que je prépare au Lycée Olivier de Serres, à Aubenas, en Ardèche (1).

La mission était d'établir un état des lieux de la marmotte de la vallée de Chaudefour et de proposer les directions de recherches pour les années ultérieures, puisque rien de systématique n'avait été fait dans ce domaine à ce jour.

1. Matériel et méthodes Présentation de la vallée de Chaudefour

La Réserve naturelle de la vallée de Chaudefour a été créée le 14 mai 1991, à l'initiative du Parc Naturel Régional des Volcans d'Auvergne, lui-même inauguré en 1977 (fig. 1). Cette vallée glaciaire, taillée dans le massif volcanique du Sancy, est orientée ouest-sud-ouest/est-nord-est. Elle est comprise entre 1137 mètres (maison de la Réserve naturelle) et 1854 mètres (puy Ferrand) - ce qui correspondrait à 2300 mètres dans les Alpes, en raison des conditions particulières du site.

Le climat est issu de plusieurs influences : méditerranéenne, océanique et continentale. Cette conjugaison induit une flore spécifique et variée (plus de 1 000 espèces), dont un certain nombre bénéficie de mesure de protection : plantes endémiques, "véritables reliques glaciaires", que sont la Jasione d'Auvergne, la Biscutelle d'Auvergne, l'Astérocarpe faux-sésame. De nombreuses autres espèces sont protégées tant au plan national (Saules des Lapons, Droséra...), que régional (Lys Martagon, Méconopsis du pays de Galles, Anémone souffrée, Soldanelle des Alpes...).

De nombreux animaux fréquentent également la vallée, comme le mouflon (introduit en 1956), le chamois (introduit en 1988), le blaireau - choisi comme mascotte emblématique de la Réserve - la vipère péliade, le faucon pèlerin… (Albaret 1998, Bouchardy 1998).

Fig. 1. Localisation du Parc naturel régional des Volcans d'Auvergne et de la vallée de Chaudefour

2. Historique de la présence des marmottes en vallée de Chaudefour

2.1. La disparition des marmottes

La marmotte a disparu des montagnes auvergnates au cours de la préhistoire. En effet, sur une vingtaine de chantiers de fouilles archéologiques ont été mis en évidence des ossements de marmottes (Marmota marmota, Marmota marmota primigenia). Ces sites sont répartis sur trois des quatre départements de l'Auvergne : Cantal, Haute-Loire et Puy-de-Dôme. La datation d'aucun des ossements recueillis n'est postérieure à 8000 ans avant J.-C. Les archéologues pensent que cette disparition pourrait être attribuable à un radoucissement du climat, succédant à une ultime crise froide würmienne du Dryas III (10 800 - 9 800 BP ; Bout 1964, 1973, Bout et al. 1967, Bracco 1977, Chaline 1971, 1972, 1973, Chaline et Poulain 1972, Collectif 1983, de Sonneville-Bordes 1979, Delpuech, 1981, 1987, Delpuech & Fernandez 1983, Desrut & Deret 1944, Fontana 1996, Laubry & Pages-Allary 1903, Liabeuf & Surmely 1992, Pomel, 1844a et b, 1853, Raynal et al. 1984).

Il convient de noter que l'Auvergne connaît les mêmes difficultés que les autres régions en ce qui concerne la restitution de la micro-faune préhistorique : une grande partie des ossements trouvés en fouille, notamment ceux de petits mammifères, attend une identification précise, que les problèmes de crédits, de temps imparti et de disponibilité de spécialistes ne permettent pas toujours de réaliser - en particulier pour les interventions archéologiques "anciennes". Nombre d'articles et de rapports de fouilles signalent simplement des "restes de petits mammifères", voire de "petits rongeurs". Pour compenser une éventuelle sous-représentation de la marmotte - au même titre que l’écureuil, le campagnol, etc. - il conviendrait de reprendre systématiquement l'étude du matériel osseux provenant de ces chantiers... du moins lorsque le lieu de conservation de celui-ci peut être retrouvé... (2).

2.2. Le retour des marmottes

Différents lâchers de marmottes ont eu lieu à partir de 1959 non loin de la vallée de Chaudefour. Les deux premiers concernaient des individus provenant de Saint-Jean-de-Maurienne (3).

Le premier, organisé en 1959, au lieu dit " Mathusalem ", comprenait 15 marmottes, probablement adultes. Il est impossible de préciser le nombre et la répartition des colonies sur lesquelles les prélèvements ont été faits. Pour les accueillir, des abris temporaires ont été mis en place. Comme aucun suivi systématique n’a été assuré, le devenir de cette introduction reste inconnu, mais il semblerait que certains individus se soient déplacés en direction de la vallée de Chaudefour. Les pertes ont également pu être importantes car à cette époque de nombreux renards fréquentaient le massif ; on pouvait les rencontrer jusque sur les crêtes.

Le deuxième lâcher (12 marmottes) eut lieu le 15 juillet 1978 au " Verrou de Court ", à proximité de deux grands rochers. Bien qu’aucun suivi systématique n’ait été mis en place, il semblerait que les marmottes se soient bien acclimatées et aient prospéré, même si aucune information à leur sujet n’a été recueillie pendant près d’une dizaine d’années. Cependant, des chasseurs auraient aperçu des marmottes dans la vallée de Chaudefour dès 1985. D’autres auraient été vues sous le téléphérique, alors qu’un fox-terrier aurait repéré des terriers au cours d’une chasse au renard. Enfin, vers 1988-89, une marmotte décédée a été ramassée à la cime du capucin.

Au début des années 80, un membre du Peloton de Gendarmerie de Montagne originaire de Vanoise est affecté au PGM de Super-Besse. Il ramène avec lui, en 1979, une marmotte blessée, puis deux autres en 1980. Elles hibernent à la venue de l'hiver, mais au printemps 1981, elles parviennent à s'échapper de leur enclos, preuve que le climat de l'Auvergne leur a été particulièrement profitable !

En 1994, pour la première fois, des marmottes sont observées par le personnel de la Réserve dans la vallée de Chaudefour. En 1996, le nombre total de marmottes réparties sur l'ensemble du massif du Sancy est estimé à 600.

3. Les marmottes de la vallée de Chaudefour

3.1. Méthode

Un dépouillement bibliographique a été entrepris en novembre 1997, en liaison avec le service régional de l'archéologie d'Auvergne, pour tenter de préciser les circonstances et la datation de la disparition et du retour de la marmotte dans la vallée de Chaudefour.

Du 15 juin au 15 septembre 1998, ont été réalisées les observations sur le terrain, rendues difficiles par 50 jours de mauvais temps (brouillard et pluie) sur un séjour total de 90 jours.

Parallèlement a été menée une enquête auprès de professionnels fréquentant le massif, de chasseurs, de personnes susceptibles d'avoir effectué les premiers lâchers, etc...

3.2. Les premiers résultats

La zone de colonisation des marmottes se situe à une altitude supérieure à 1500 mètres. Dans un premier temps, les versants méridionaux ont été colonisés.

Au cours de l'été 1998, dix " colonies " ont été repérées (fig. 2).

La surface des " colonies " est variable : de 1 à 3 hectares, ceci étant essentiellement dû au relief. Le nombre d'individus est compris entre 1 (colonie n 2) à 6 (colonies n 5 et 8). Il faut noter qu'aucun petit de l'année n'a été repéré.

Colonie n 1 : nombre de marmottes inconnu en raison des difficultés d'observation. 

Colonie n 6 : 2 marmottes adultes.

Colonie n 2 : 1 marmotte adulte. 

Colonie n 7 : 1 marmotte.

Colonie n 3 : 3 marmottes (2 adultes et 1 jeune). 

Colonie n° 8 : individu(s) observé(s), mais terriers non localisés. 

colonie n 4 : des individus observés à plusieurs reprises dans cette zone, aucun terrier n'a été repéré. 

Colonie n 9 : 6 marmottes (2 adultes et 4 jeunes).

Colonie n 5 : 6 marmottes (2 adultes et 4 jeunes). 

Colonie n 10 : son existence m'a été indiquée mais aucun terrier n'a été repéré.


Fig. 2. Localisation des colonies de marmottes observées (été 1998) dans la vallée de Chaudefour.

Les marmottes se sont installées dans un premier temps dans les zones d'éboulis (colonies n 1, 5, 6, 7 et 8). Actuellement, il semblerait qu'elles conquièrent les zones de pelouse (colonies n 2).

Maintenant que l'état des lieux est réalisé, il sera possible d'apprécier l'évolution de chaque colonie en effectuant tous les ans : 1- des comptages, voire des marquages, pour préciser l'évolution du nombre de familles et d'individus ; 2- des observations pour déterminer l'état sanitaire des colonies (ce dernier point sera facilité par le fait que nous ayons déjà pu mettre en évidence - au moins sur un des territoires - des latrines). En outre, les colonies supposées n 4, 7, 8 et 9 devront faire l'objet d'une vérification au printemps 1999.

De même, il convient d'entreprendre une étude systématique pour évaluer l'impact des activités des marmottes sur la flore, particulièrement sensible de la vallée (nourriture et déjection, fouissement, cheminement...). Ces directions de recherche nécessitent une concertation préalable afin de déterminer, le cas échéant, les méthodes à employer pour le piégeage/marquage. Elles induisent également la prise de contact avec des partenaires régionaux : analyses des fèces en liaison avec le service vétérinaire départemental ; relevés de végétation pour estimer l'influence des marmottes sur le milieu. Certaines de ces actions peuvent être menées dans le cadre de travaux confiés à des stagiaires. Seule une décision des responsables de la réserve permettra la mise en place d'un tel programme. Aussi était-il primordial pour la prendre en toute connaissance de cause d'effectuer cet "état des lieux" et de prendre contact avec les gestionnaires de différents massifs montagneux déjà confrontés à cette situation. Si le parc naturel régional des Volcans souhaite effectivement mettre l'accent sur une gestion raisonnée des marmottes, il conviendra d'élaborer un "cahier des charges", en accord avec la charte d'introduction de la marmotte, en gestation (Geay et al. 1996 ; Ramousse & Le Berre 1996).


4. Enquête

Du 15 juillet au 15 août 1998, j'ai proposé une fiche d'enquête, comprenant 9 questions, certaines nécessitant une réponse alternative (oui - non), d'autres appelant un commentaire détaillé (fig. 3). Un total de 300 réponses a été recueilli et dépouillé. Ce questionnaire a été proposé exclusivement aux visiteurs de la maison de la réserve.

Les connaissances du public sont lacunaires (fig. 4). En effet, 28 % des personnes interrogées ne savent pas où la marmotte vit et 33 % ignorent ce qu'elle mange. Toutefois, 58 % des personnes interrogées sont prêtes à venir dans la vallée uniquement pour observer la marmotte.

Monsieur Marmotte mène l’enquête....



Êtes-vous :

du Puy-de-Dôme?

Oui - Non

d’Auvergne

Oui - Non

autre (précisez)

......................



Venez-vous :

seul?

Oui -Non

en couple?

Oui -Non

en famille

Oui - Non

entre amis

Oui - Non




Avez-vous :

moins de 20 ans?

Oui - Non

entre 21 et 25 ans?

Oui - Non

entre 26 et 30?

Oui - Non

entre 31 et 40?

Oui - Non

entre 41 et 60?

Oui - Non

plus de 61?

Oui -Non

Venez-vous dans la vallée de Chaudefour pour :

un pique-nique?

Oui - Non

une promenade en fond de vallée?

Oui - Non

une randonnée sur les crêtes?

Oui - Non

le paysage ?

Oui - Non

la faune?

Oui - Non

la flore

Oui - Non

les cascades?

Oui - Non

autre?

...................

Avez-vous déjà vu des marmottes?

Oui – Non

Pensez-vous qu’elle soit présente dans la Réserve Naturelle de la vallée de Chaudefour?

Oui - Non

Combien pensez-vous qu’il y en ait?

..............................................

Dans quel type de milieu pensez-vous les trouver?

................................................

Quel est le régime alimentaire de la marmotte?

................................................

Viendriez-vous dans la vallée rien que pour les voir?

Oui -Non

Qu’est-ce que les marmottes représentent pour vous?

...................................................

Un petit mot pour conclure?

...................................................

Je vous remercie d’avoir consacré quelques instants à cette enquête

Fig. 3. Questionnaire proposé, pendant l'été 1998, aux visiteurs de la maison de la Réserve naturelle de la vallée de Chaudefour.

 

Fig. 4. Résultats de l'enquête menée pendant l'été 1998 auprès de 300 visiteurs de la Réserve naturelle de la vallée de Chaudefour

La vallée de Chaudefour, située à 50 kilomètres seulement de Clermont-Ferrand, est très fréquentée, notamment en famille. Aussi l'impact de l’introduction de la marmotte ne s'estime pas uniquement par les modifications éventuelles du milieu, mais également par les retombées touristiques importantes, voire économiques, sur l'ensemble de la micro-région. L'afflux touristique ainsi déterminé peut également avoir une importante incidence sur le quotidien de la réserve.

Pour conclure, les marmottes alpines introduites sur le massif du Sancy commencent à coloniser spontanément la vallée de Chaudefour et à s’y reproduire. Elles suscitent l’intérêt des visiteurs de la Réserve. Il est donc particulièrement intéressant de suivre ce processus de colonisation. Cette première approche de la "marmotte de Chaudefour" présente un bilan prometteur, tout en montrant qu'il reste un important travail à réaliser. Peut-être sera-t-il possible de présenter celui-ci, lors d'une prochaine Journée d’étude de la marmotte.

(1) Je tiens à exprimer ma reconnaissance à monsieur Eric VALLE, Conservateur de la Réserve naturelle de Chaudefour, et à monsieur Philippe LOUDIN, de l'Office National de la Forêt, qui ont aimablement et efficacement assuré l'encadrement de mon stage. Je remercie également monsieur Raymond RAMOUSSE, du Laboratoire de Socioécologie et Conservation de l'Université Claude-Bernard de Lyon I, des conseils avisés qu'il a eu l'obligeance de me donner, notamment lors de son séjour à la Réserve de la vallée de Chaudefour.

(2) Un inventaire bibliographique des mentions de la marmotte a été entrepris par le Service régional de l'archéologie d'Auvergne. Il serait souhaitable de faire de même en ce qui concerne l'étude du matériel osseux conservé notamment dans les dépôts de fouilles dépendant de ce Service.

(3) Je remercie de ses précieux renseignements Monsieur Jacques Gaillot, hôtelier au Mont-Dore et président de la société de chasse du Mont-Dore pendant 40 ans. Il fut à l’origine des lâchers de 1959 et 1978, par l’intermédiaire d’un de ses amis, Monsieur Picard, de la Fédération de Chasse du Puy-de-Dôme. Je remercie également Monsieur Frank Mabru, originaire d’Auvergne et actuellement garde au Parc National des Pyrénées, qui a confirmé ces informations.

Bibliographie

Albaret M. 1998. Une terre d’accueil pour les grands mammifères. La dépêche scientifique du Parc des Volcans d’Auvergne, 11 : 10-12.

Bonnet-Arnaud P., Giboulet O., Traversier J-L. & Ramousse R. 1996.Suivi d’une réintroduction de la marmotte alpine à Valdrôme. In 3ème Journée d’Etude sur la marmotte alpine, Ramousse R. & M. Le Berre eds., Réseau International sur la Marmotte, Lyon, 11-22.

Bouchardy C. 1998. Mouvements de faune : disparitions et arrivées. La dépêche scientifique du Parc des Volcans d’Auvergne, 11 : 6-7.

Bout P. 1964. Des restes de marmottes dans le gisement des Riveaux. Bull. Soc. Acad. du Puy et de la Haute-Loire, 42 : 1-3.

Bout P. 1973. Les volcans du Velay. Brioude.

Bout P., Dufaut & Laborde R. 1967. Nouvelles découvertes au gisement des Riveaux. Bull. Soc. Acad. du Puy et de la Haute-Loire, 44.

Bracco J.P. 1977. Du site au territoire : l’occupation du sol dans les hautes vallées de la Loire et de l’Allier au Paléolithique supérieur (Massif Central, France). Gallia Préhistoire, 38 : 43-67.

Chaline J. 1971. Indications climatiques fournies par les microfaunes des différentes couches archéologiques du Rond du Barry. Anthropologie, 75 (7) : 602-604.

Chaline J. 1972. La microfaune de Cottier. Congr. préhistorique de France, XIXe session, Paris : 357.

Chaline J. 1973. Les micromammifères de la grotte de Cottier à Retournac. Revue archéologique du centre de la France, XII (1-2) : 61-62.

Chaline J. & Poulain T. 1972. La grotte du Rond du Barry à Sinzelles, commune de Polignac (Haute-Loire) — étude de la microfaune. Congr. préhistorique de France, 68-69.

Collectif 1983. Les inédits de la préhistoire auvergnate. Clermont-Ferrand : 114, 193-195.

Delpuech A. 1981. La fin des temps glaciaires en Haute-Auvergne. Revue de la Haute-- Auvergne : 215-230.

Delpuech A. 1987. Deux millions d'années en Auvergne — archéologie et autoroute A 71, Marsat : 24—25.

Delpuech A. & Fernandez P. 1983. Préhistoire du massif cantalien. Données récentes et essai sur la dynamique du peuplement. Bull. soc. d'anthropologie du Sud-Ouest, XVIII, 1 : 14.

Desrut G. & Deret E. 1984. Les grottes et abris préhistoriques de Thônes (Puy-de-Dôme). Bull. soc. préhistorique française, XLI, 1-3 : 34—38.

Fontana L. 1996. Etat de la recherche et des problématiques en archéozoologie pour le paléolithique supérieur d'Auvergne. Cahiers archéologiques de Bourgogne, 6 : 152—60.

Geay J.M., Lambrech M. & Jamin J. 1996. Contribution à une charte pour la réintroduction de la marmotte alpine (Marmota marmota) en France. In 3èmeJournée d'Etude sur la marmotte alpine, Ramousse R. & M. Le Berre eds., Réseau International sur la Marmotte, Lyon, 37-40.

Giboulet O., Louis S., Semenov Y. & Ramousse R. 1997. Colonization process after (re)introduction in alpine marmot (Marmota marmota). Abstr. III Int. Conf. on marmots, Cheboksary, Russia, International Marmot Network, 145.

Lauby. & Pages-Allary J. 1903. L'’abri-sous-roche de la Tourille, commune de Celles, près Murat (Cantal). Congr. de l'A.F.A.S., 32e session, Angers, : 232—233

Liabeuf R. et Surmely F. 1992. Les derniers chasseurs de Rennes de l'Auvergne. Archéologia, 280 : 34 — 4.

Metral J. 1996. La marmotte des Alpes dans le massif du Mézenc (Ardèche, Haute-Loire). Bull. mensuel de l'ONC, 216 : 2-7.

Pomel A. 1844a. Une description géologique et paléontologique des collines de la tour de Boulade et du Puy Tellier. Bull. soc. géologique de France, 1 : 579—596.

Pomel A. 1844b. Quelques nouvelles considérations sur la paléontologie de l'Auvergne. Bull. soc. archéologique de France, 3 : 198—23.

Pomel A. 1853. Catalogue méthodologique et descriptif des vertébrés supérieurs de la Loire, Paris, 193 p.

Ramousse R. & M. Le Berre 1993.. Management of Alpine marmot populations. Oecologia Montana, 2: 23-29.

Ramousse R. & M. Le Berre 1996. Pour un projet de charte de réintroduction de la marmotte Alpine en France. In 3ème Journée d'Etude sur la marmotte alpine, Ramousse R. & M. Le Berre eds., Réseau International sur la Marmotte, Lyon, 81-88.

Ramousse R., M. Le Berre, Nebel D. & Le Guelte L. 1994. Introduction de la marmotte alpine dans la réserve du Mont Valier : premier bilan. In 2ème Journée d'étude sur la marmotte alpine, Ramousse R. & Le Berre M. eds. : 49-54.

Ramousse R., M. Le Berre & Traversier J.L. 1992a. Un exemple de réintroduction. Actes Journée d'étude de la marmotte Alpine, 27-32.

Ramousse R., M. Le Berre & Massemin 1993. Le paradoxe des réintroductions de la marmotte en France. Bull. Soc. zool. Fr., 118 (3) : 287-294.

Ramousse R., Martinot J.P. & M. Le Berre 1992b. Twenty Years of re-introduction policy of alpine marmots in the national park of La Vanoise (French Alps). Proc. 1st Int. Symp. on Alpine Marmot and gen. Marmota, Bassano B., Durio P., Gallo Orsi, Macchi, eds., Torino, 171-177.

Raynal J.P., Daugas J.P., Paquereau M.M., Guadelli J.L., Marchanti D., Miallier D., Fain & Sanzelle 1984. Le maar de Saint-Hippolyte (Puy-de-Dôme, France). Revue des sciences naturelles d'Auvergne, 50 (1-4) : 997—107.

Sonneville-Bordes de D., ed., 1979. La fin des temps glaciaires en Europe — Chronostratigraphie et écologie des cultures du paléolithique final, Colloque international du C.N.R.S., 271, Bordeaux-Talence, 1977.

Sommaire 5e Journée Marmotte
Retour à Publications scientifiques du réseau
Back to network scientific publications

Retour au sommaire 5ème Journée Marmotte / Back to contents of the fifth Study Day on Alpine Marmot

Acceuil Saga Forum Infos Biblio Publications Annuaire Ecotourisme


Welcome Saga Forum Newslet Biblio Publications Repertory Ecotourism